Interview / Baptiste COUILLOUD : « Le LOU fait partie de mon éducation »

Baptiste Couilloud en action face à Bayonne. ©Marc Galaor / LOU Rugby

Avant le match contre Montpellier ce mercredi (18h45), Baptiste Couilloud s’est confié en exclusivité sur les objectifs du LOU cette saison. Le demi de mêlée formé au club s’est aussi livré sur son attachement au club et sur ses ambitions en tant que capitaine.

Comment le groupe a digéré cette période difficile des fêtes, avec deux défaites consécutives (contre Brive puis Castres) ?

« C’était un coup d’arrêt d’avoir perdu ces deux rencontres surtout qu’on était sur une dynamique assez positive depuis septembre. Elles ont fait un peu du mal je pense car c’est délicat de gérer les défaites et on avait oublié cette sensation. Mais ça peut nous faire du bien quelque part, nous permettre de redescendre sur Terre et de se remettre à travailler dur pour aller chercher de grosses performances. On se rend compte qu’il n’y a aucun match facile dans ce championnat. On a l’opportunité de réagir vite face à Montpellier. C’est une bonne chose puisqu’on va pouvoir remettre la marche en avant rapidement et montrer qu’on est prêts pour réagir en équipe ».

Cette année, quels sont les objectifs annoncés du LOU, aussi bien en Top 14 qu’en Champions Cup ?

« Pour nous, l’objectif annoncé est très clair : c’est de faire partie des six premiers et de se qualifier en phases finales. En ce qui concerne la Coupe d’Europe, c’est de faire quelque chose qu’on n’a jamais fait dans notre histoire, c’est de se qualifier pour les phases finales. On a démarré l’épopée européenne par deux victoires, dont une sur tapis vert. On a l’opportunité d’aller chercher cette qualification donc on va faire le nécessaire sur les deux prochains matchs pour se qualifier en quarts de finale ».

Que pensez-vous du groupe de cette année ? Vous le pensez plus fort que celui de l’année dernière, capable d’aller chercher le titre de champion ?

« D’années en années, on a un effectif qui s’étoffe, des joueurs de qualité. Cette saison, Mathieu Bastareaud nous a rejoints. Mais je pense à d’autres joueurs comme Izack Rodda, qui est du niveau international et qui est un joueur de classe mondiale. Chaque année, on a un groupe qui s’élargit, qui gagne en qualité, et on progresse aussi collectivement donc c’est intéressant. C’est un championnat très relevé mais je pense qu’on est un des candidats potentiels au titre de champion de France. C’est un secret pour personne ».

Et individuellement ?

« A titre individuel, j’espère réaliser une saison pleine ponctuée de bonnes performances. J’en ai besoin. Je veux faire preuve d’assurance avec mes coéquipiers pour endosser au mieux mon rôle. J’ai envie d’être le meilleur capitaine possible pour cette équipe et de faire le maximum pour nous emmener le plus loin possible ».

Depuis quelques années, le LOU est devenu une place forte du rugby français. Le but, c’est que le club s’inscrive au sommet dans la durée grâce à la formation ?

« Le fait de jouer le haut de tableau tous les ans et de faire preuve de régularité, cela va de pair avec la qualité de formation d’un club. Etre capable de tenir le rythme sur des saisons aussi longues, cela nécessite un effectif complet et constitué de nombreux jeunes. Si on a un centre de formation de qualité, qui nous permet de pouvoir compter sur des jeunes à fort potentiel, c’est plus facile d’être régulier au long d’une saison. Le LOU est sur la bonne voie à ce niveau-là parce qu’on a une structure professionnelle de qualité. Toutes les choses sont faites pour que les joueurs qui sortent du centre de formation soient des joueurs de qualité sur qui on peut compter rapidement avec l’équipe professionnelle ».

Vous êtes au LOU depuis votre enfance. Que représente pour vous le LOU Rugby ?

« Je suis au LOU depuis que j’ai 6 ans, c’est le club que j’ai connu donc cela représente énormément de choses. J’ai grandi avec le LOU et je pense que cela fait partie de mon éducation donc je considère ce club plus que comme un simple club de sport, plus que mon métier. C’est vraiment une part de moi-même, de mon éducation ».

Qu’est-ce que cela vous a fait d’être un joueur professionnel du club de votre ville ?

« C’est une belle reconnaissance parce que, jusqu’à présent, je pense avoir donné énormément pour faire évoluer le club à mon petit niveau. J’ai toujours fait le maximum pour que le LOU progresse et c’est vrai que de me retrouver dans cette situation, de porter le brassard de capitaine, ce sont des choses flatteuses car ça représente beaucoup de responsabilités pour un jeune joueur du cru. Pour moi, de représenter ma ville de cette façon-là, c’est quelque chose de très agréable ».

C’est une fierté ?

« C’est difficile de parler de fierté pour moi. Je pourrais considérer que c’est une fierté le jour où je serai capable d’amener mon club sur le devant de la scène d’un point de vue national ou international. Aujourd’hui, c’est surtout une belle reconnaissance. Mais ce n’est pas une fierté, pas encore, c’est à moi de pouvoir en faire une fierté en accomplissant de belles choses avec le club ».

Est-ce une volonté de passer toute votre carrière dans votre club formateur ?

« Honnêtement, je ne sais pas ce qui est le mieux pour moi. Aujourd’hui, le LOU me permet d’être dans les meilleures conditions pour progresser au niveau rugby donc je pense que c’est la meilleure solution pour moi. Mais je ne sais pas si cela sera le cas tout au long de ma carrière. Ce serait quelque chose de très joli de réaliser ça mais je ne sais pas si ce sera le meilleur choix pour ma carrière donc j’en ai aucune idée. Je suis sous contrat jusqu’en juin 2022. Et on verra ensuite ce qu’il adviendra. Je ne sais pas du tout où on en sera au moment de ma resignature, pour l’instant c’est difficile de m’avancer mais c’est évident que le LOU compte énormément pour moi aujourd’hui. On a une équipe très compétitive. On est un club ambitieux et en devenir. J’apprécie évoluer au sein de ce club, il n’y a aucuns doutes là-dessus ».

Y-a-t-il des clubs qui vous attirent ? En France ou ailleurs ?

« Bien sûr qu’il y a des clubs qui font rêver, après je suis très bien dans ma situation au LOU et je pense qu’on n’a rien à envier à personne. On a tout pour jouer les places du haut de tableau en France donc pour l’instant, je me vois difficilement évoluer ailleurs mais de toute façon je ne me pose pas vraiment la question ».

Quelle compétition rêvez-vous de remporter que ce soit en club ou en sélection ? Un Bouclier de Brennus, un Six Nations, une Coupe du Monde ?

« A ce jour, c’est assez difficile de répondre. Au niveau international, je n’ai pas une carrière assez importante pour pouvoir révéler mes ambitions à ce niveau-là. Mais, ce qui me fait le plus rêvé dans mon quotidien, c’est le Bouclier de Brennus. C’est quelque chose qui est très motivant pour les jeunes de mon âge ».

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s