Rennes – OL : le Carnet de Notes

19e journée de Ligue 1. L’occasion pour l’Olympique Lyonnais d’officiellement être couronné champion d’automne. Dans une bonne dynamique, l’équipe de Rudi Garcia avait à cœur de la prolonger sur le terrain de Rennes. Et cela ne s’est pas hyper bien passé collectivement, un Gone a maintenu l’équipe à flots, du moins en première période.

Le déplacement à Rennes peut être périlleux. Qualifiée pour la Ligue des Champions la saison dernière, l’équipe bretonne aspire toujours aux sommets du classement. Ce match contre le 4e au coup d’envoi pouvait ressembler à un match piège pour des Rhodaniens seuls leaders et récents vainqueurs de Lens (3-2). Et cela s’est vérifié au cours d’une entame tactique et équilibrée. Pire, ce sont même les locaux qui ont ouvert le score sur une belle contre-attaque conclue par Clément Grenier (1-0, 20e). Malgré des réactions venues d’Houssem Aouar (22e) puis de Toko Ekambi sur le poteau (24e), les Lyonnais avaient du mal à aligner les passes, avec des problèmes techniques évidents.

Dominés, les Rhodaniens ne parvenaient pas à se montrer dangereux malgré les mots de Rudi Garcia à la pause. A tel point qu’Anthony Lopes allait devoir aller chercher le ballon au fond de ses filets pour une deuxième fois, après une frappe de Bourigeaud (2-0, 55e). Quand ça veut pas, ça veut pas. C’est ce qu’on pense quand Denayer marque d’un bras collé au corps (67e). Mais deux buts coups sur coups, inscrits par Memphis (2-1, 79e) et Denayer (2-2, 83e) permettaient à l’OL d’arracher un match nul inespéré au vu du contenu. Un point miracle qui permet de conserver la tête du championnat.

Le Carnet de Notes des Gones :

Houssem Aouar (5,5) : présent d’entrée vers l’avant, comme contre Lens dans un rôle très avancé, il a envoyé une première frappe (4e). Egalement premier averti du match pour une semelle sur Truffert (14e), il a ensuite pu alerter Salin d’une frappe dans un angle fermé (22e). En première mi-temps, il a été le plus dangereux et le plus en vue côté lyonnais. Plus éteint dans la construction mais toujours prompt à se projeter dans la surface adverse en deuxième période, le milieu a peut-être bien été le meilleur Rhodanien sur le terrain avant les coups de génie de Depay.

Entrés en jeu à la 68e minute, Maxence Caqueret et Rayan Cherki ont tenté d’apporter du dynamisme, chacun à leur manière. Le premier avec ses courses, son pressing constant et son jeu simple sans trop de touches de balle. L’autre plus dans un registre de percussion, en portant le ballon pour aller défier la défense en dribble. Le jeune attaquant a été à l’origine du but de Memphis (79e). Réels impacts ou simple coïncide ? En tout cas, leur entrée a changé beaucoup de choses dans l’attitude collective. De leur côté, Sinaly Diomandé et Melvin Bard ont joué lors du temps additionnel.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s